PASCALE – « Au-delà de tout »

Pascale a 67 ans. Elle aime la vie. Elle aime cuisiner, chanter. Faire plaisir aux autres en somme. Donner d’elle-même !

Donner, oui. Jusqu’à accueillir chez elle sa petite sœur trisomique, et s’occuper d’elle jour et nuit, depuis la mort de leurs parents il y a 7 ans. Oui, simplement aider. Être là pour les autres. Jusqu’à s’oublier elle-même parfois.

Dans sa petite maison HLM de l’Île d’Yeu, avec la charge de sa sœur handicapée, elle retrouve pourtant un peu de calme et de détente, après une vie bien mouvementée… Une vie de courage face aux difficultés… Fuir un mari violent avec deux jeunes enfants, ne pas savoir où aller. Mener une vie de débrouille, de squats en expulsions, de petits boulots en accidents de la vie…
Mère courage. Sœur courage. Elle n’a jamais cessé de se battre.

Bien sûr elle le sait, elle n’a pu supporter ces années de galère que grâce à l’Amour qu’elle a pu recevoir dans sa vie. Notamment de sa petite sœur handicapée. Et de ses enfants bien sûr, le moteur essentiel de sa vie !
Elles sont là ses ressources ! L’Amour… De sa famille. De la nature…

Alors, maintenant, Pascale se laisse un peu profiter de la vie :
S’occuper de son jardin. Admirer un instant une petite araignée rose… « Une toute petite araignée, rose-rose, un petit triangle, avec des gros yeux. Toute petite au milieu des herbes, mais si jolie. » Elle, qui pourtant a toujours été arachnophobe, peut aujourd’hui tomber en admiration devant des araignées extraordinaires…
Saviez-vous qu’à la peur, nous pouvions répondre l’émerveillement?

Oui, émerveillée Pascale ! Et passionnée ! De couture, de bricolage, de dessin, de plantes… Elle aime faire de ses mains, simplement. Et avec tout son cœur.

Quand à la question de sa place dans la société, elle répond en riant : « Moi je suis heureuse de chanter ! C’est agréable ! Ca m’enlève tout le stress. Et en plus ça peut apporter de la joie aux autres ! Et ça c’est important de pouvoir apporter de la joie aux autres ! »

Plus jeune, Pascale a chanté dans les bistrots Parisiens, pour se faire trois sous. Cela n’a pas toujours marché. Parfois elle est tombée sur des patrons ou des clients peu corrects. Elle a souvent donné sans rien recevoir en retour. Mais elle a tant aimé chanter pour les autres !

C’est vrai, dans sa vie elle ne s’est pas toujours entourée de douceur. « Mais j’aime la nature humaine » confie-t-elle, « et même si j’en connais les côtés les plus sombres, j’ai toujours espoir. »

Voilà. Donner et aimer. Au-delà de tout.
Car pour Pascale, le reste importe peu… L’Amour. Toujours l’Amour !

Pascale tient à remercier « Chocolat », ce monsieur qui l’a aidé en lui donnant 5 francs lorsqu’elle s’est retrouvée à la rue avec ses enfants, au début des années 90.
Pascale le connaissait, car lorsqu’elle était comptable, elle participait à la distribution de repas pour des personnes en situation de précarité avec l’association Ramasse Miettes. Chocolat était un homme sans abri qu’elle avait rencontré là-bas.
Lorsque plusieurs mois plus tard, elle l’a recroisé par hasard dans la rue, alors qu’elle n’avait plus de logement ni de travail, il a souhaité lui donner tout ce qu’il avait.