JACQUELINE – « Ça se fait toujours les comptines ? »

Jacqueline a 95 ans. Elle est seule. Et l’a toujours été. Pas de mari, pas d’enfant, pas de famille pour l’accompagner. Mais vivre seule à cet âge, est-ce vraiment vivre ? N’est-ce pas seulement attendre ?
Car Jacqueline est fatiguée, lasse et en colère contre cette société qui l’abandonne dans la misère de l’isolement et de la dépendance. Ses tout petits yeux brillants cachent un regard noir sur le monde : Elle n’en peut plus. Rien de ce qu’elle vit n’est supportable.

Pourtant quelque chose en elle s’accroche encore à la vie. Et elle résiste, malgré le triste chaos qui règne autour d’elle, dans son petit appartement délabré.

Et dans ses beaux jours, Jacqueline s’ouvre à un peu de douceur… Lui caresser la main. Se laisser toucher par sa foi. L’entendre raconter ses expériences de jeunesse. La deviner, fière et émue de se souvenir, encore.
Oui, Jacqueline se souvient encore du nom de ses élèves, lorsqu’elle enseignait à l’école Jésuite, il y a plus de 70 ans. Elle se souvient du caractère de l’un, des blagues et des bêtises de l’autre, de la maladie de sa mère, ou de l’accoutrement simple d’un papa… Et dans sa grande détresse, elle continue de poser un regard d’Amour sur chacun. Est-ce cela qui la tient encore à la vie ?

Lors d’une de mes visites où elle me devine sûrement un peu triste, elle me conseille de chanter, pour évacuer le stress, la déprime ou les soucis :
« Chantez des chansons ! N’importe lesquelles ! Même avec vos enfants… des comptines… ça se fait toujours les comptines non ? Et bien chantez de temps en temps pendant la journée ! Cela vous fera du bien, vous verrez ! ».

Les jours suivants cette visite, je suis retournée la voir, mais elle n’était pas vraiment la même. C’est comme si elle s’était enfin ouverte à autre chose que sa souffrance et sa solitude. Comme si la rancoeur et l’épuisement, profondément ancrés en elle, s’étaient momentanément effacés, pour laisser place à autre chose de plus beau… de plus grand. Il y avait cette lumière nouvelle dans son regard.

Un simple partage et Jacqueline avait regoûté au sens de son existence. Elle avait retrouvé sa dignité perdue.


« En France, 900 000 personnes âgées de 60 ans et plus sont isolées de leur famille et de leurs amis. Parmi elles, 300 000 sont dans un isolement extrême et ne rencontrent quasiment jamais ou très rarement d’autres personnes. »

Source : Les Petits Frères des Pauvres

Pour soutenir cette association qui offre une présence aux personnes âgées en situation d’isolement et de précarité :

https://www.petitsfreresdespauvres.fr/

Logo_PFP_2019